parite-science.grenoble.cnrs.fr

Rénion Helsinki Avril 2007

16ème réunion du groupe des fonctionnaires nationaux Femmes et Sciences auprès de la DG Recherche (Berlin 19-20 avril 2007)

Dans le cadre de la présidence Allemande, la 16ème réunion du Groupe d’Helsinki/Femmes et Sciences a été accueillie par le Ministère fédéral pour la Recherche et l’Education.

I - Le président de la réunion, Johannes Klumpers, Chef de l’Unité de la culture scientifique et du genre à la Commission (DG recherche), a présenté les nouvelles représentantes nationales des pays suivants : Danemark, Irlande et Slovénie.

II - Le compte-rendu de la précédente rencontre et l’ordre du jour ont été adoptés. Le président nous a ensuite fait part de la réorganisation de l’Unité, qui est structurée en trois grands Pôles : les jeunes et la science, les sciences sociales et les humanités, la culture scientifique. Les questions genre sont réparties à l’à l’intérieur de ces pôles.

III - Il y a eu ensuite une présentation du livre vert, disponible sur Europa SEC(2007) 472/2 (pdf, 111 pages). Ce document est la base d’une concertation demandée aux citoyens. Six aspects principaux sont abordés :
"L’Espace européen de la recherche, dont ont besoin la communauté scientifique, les entreprises et les citoyens, devrait avoir les caractéristiques suivantes" :
• un flux suffisant de chercheurs compétents
• des infrastructures de recherche d’envergure mondiale
• d’excellentes institutions de recherche
• un véritable partage des connaissances
• des programmes et priorités de recherche bien coordonnés
• une large ouverture de l’Espace européen de la recherche sur le monde.
Le document de travail du 04-04-2007 est uniquement disponible en langue anglaise :.
Ce livre vert sera transformé en livre blanc après les réponses attendues jusque fin juin 2007.

IV - Le Mandat du groupe d’Helsinki, qui avait fait l’objet d’une concertation électronique entre les membres, a refait l’objet d’une discussion. La Slovénie, l’Allemagne, le Luxembourg sont intervenus pour demander un renforcement du texte (et du rôle du groupe). La Slovaquie a demandé que ce groupe soit intégré à une structure officielle de la Commission. Réponse : dans l’état actuel de la comitologie, ce groupe ne peut être intégré à une structure existante de la Commission, mais l’adoption de ce mandat représente une reconnaissance officielle du rôle du groupe dans le 7ème PCRD.
Après certaines modifications du texte, le mandat a été adopté à l’unanimité.

V- Présentation du « Cluster » mis en place par la DG Education pour augmenter la participation des filles en mathématiques, sciences et technologie. Ce groupe a été mis en place en 2006 pour donner des recommandations. Il doit produire un rapport ainsi qu’un état des lieux en juin 2007. Objectifs : augmenter d’au moins 15% les diplômées en sciences d’ici 2010. 13 pays y participent, dont la France.

VI - Information sur le groupe WIST (Femmes et entreprises)
Ce groupe a présenté une étude « Gender diversity as a business case » en mai 2006. Il s’est réuni plusieurs fois en septembre 2006 et en mars 2007. Il concentre son attention sur trois points : organisation interentreprises de carrières duales (prise en compte du conjoint) et le changement de culture maison et l’adaptation vie professionnelle vie privée. Un nouveau groupe serait en préparation. Il a été demandé que l’information concernant les travaux de ce groupe soit mieux connue. La commission, elle même, dispose de peu d’éléments. -

VII - Un nouveau point d’information a été fait sur la Plate-forme des femmes scientifiques. Il y a à ce jour 160 réseaux connectés et 1 200 souscripteurs. De nouvelles sections sont ouvertes sur le site web. L’Allemagne est de loin le meilleur contributeur suivi de la France et du Royaume-Uni. http://www.epws.org

VIII - Le groupe d’experts travaillant sur les comités de décision (carrières des femmes scientifiques) - Présentation par Maya Widmer.
Le groupe lancé le 14 novembre 2006 s’est mis au travail et s’est déjà rencontré 4 fois . Il doit recenser les procédures d’évaluation et de promotion des personnels de la recherche en Europe et identifier des exemples de bonnes pratiques au niveau des institutions nationales. Un rapport est en préparation pour octobre 2007.
Le Luxembourg a demandé que nous puissions disposer de documents transitoires.

IX - Benchmarking national et études des politiques des états membres
Il s’agit d’un projet de la commission pour assurer une suite au rapport de 2002. Il a été commandé à une firme Canadienne et commencé en janvier 2007. L’état des travaux a été présenté par Elyse Ruest-Archambault. Ce projet devrait être clos en Juin 2007.
La méthodologie employée a suscité une discussion vive dans la mesure où les responsables du projet se disent experts mais demandent aux responsables des états membres d’envoyer des données qui, ensuite, sont traités par eux. Il a été souligné que les délégués se sentaient responsables de l’interprétation des données fournies sur le document final. La présentation de chaque pays ne pouvait se faire sans un minimum d’explications du contexte et de l’historique. Le format de deux pages par pays a paru insuffisant et il a été demandé d’inclure officiellement le travail des délégués qui demandent à être considérés et cités comme experts.

X - Programme de travail de science dans la société pour 2008 (projet Femmes et science)) - présenté par Johannes Klumpers
1° Augmenter le rôle des femmes dans la recherche et dans les Comités de décision : le travail du groupe d’experts devrait se prolonger jusque fin 2008, avec une comparaison avec les USA et le Canada.
2° Est à l’étude, la préparation d’une campagne médiatique sur « Femmes et Sciences » qui verrait son aboutissement le 8 mars 2009.
3°A l’étude également une cartographie des cursus existant et comment le processus de Bologne est utilisé pour intégrer de nouvelles connaissances, comme par exemple, attirer davantage de femmes vers les sciences et l’ingénierie.
4° Envisager le rôle des hommes pour l’égalité dans les sciences et créer un prix de l’ « homme de l’année » ayant, dans leur vie privée, favorisé l’égalité des genres.
Un tel projet a suscité une levée de boucliers, sachant que la difficulté aujourd’hui est de parvenir à mettre en lumière correctement des femmes qui oeuvrent depuis des années pour la même chose.
5° Analyse des différences de rémunération dans la recherche entre hommes et femmes et analyse du coût et des bénéfices d’avoir plus de femmes dans les sciences.
6° Etude de l’influence des programmes interdisciplinaires sur les étudiantes en science.
7° Engager les priorités thématiques du Programme cadre à étudier certains aspects environnementaux ou cernant spécifiquement le genre (ex . cardiologie, génétique...)
8° Appel à proposition pour She figures 2009 (statistiques et indicateurs).
9° Analyse du rôle des parents dans le choix des études..
Analyse des stéréotypes dans le primaire.
Analyse des outils distribués dans les écoles pour promouvoir les sciences.
10° Sélection des meilleures pratiques concernant l’image des sciences
11° Analyse du non emploi des jeunes scientifiques. Y a-t-il des différences entre les disciplines ?
12° Renforcer les liens entre l’éducation aux sciences et les carrières. Développer des formations sur les discriminations sexuelles.
13° Ouvrir largement par des recherches et des actions de coordination le champ des méthodes nouvelles en science de l’éducation recherche qui n’a pas été ouvert en 2007.

XI - Stratégie du groupe d’Helsinki/Femmes et Sciences
Le groupe d’Helsinki ne se réunit généralement que deux fois par an, ce qui est insuffisant pour qu’il soit véritablement informé et réactif. Au cours de la dernière réunion, l’idée de désigner un groupe restreint opérationnel, formé de déléguées du groupe pouvant assurer une véritable coordination entre les membres, avait déjà été discuté.
Après une nouvelle discussion importante et sur proposition de la déléguée autrichienne, Anni Haidar, qui a présenté le projet, il a été décidé d’élire 7 personnes pour un an, avec pour mandat provisoire, d’informer les autres délégués des points importants et des tâches à accomplir, de lancer les discussions, de se réunir plus souvent pour préparer les réunions avec la Commission. Un texte définissant exactement le mandat sera proposé à la prochaine réunion.
Ont été élues : l’Autriche, l’Allemagne, le Luxembourg, la France (Michèle Baron), la Norvège, Israël et le Royaume-Uni.

XII - Communication des états membres
Norvège par Linda Rustad : création d’un comité pour l’intégration du genre afin de faciliter le dialogue entre le supérieur, la recherche et l’éducation. Il publie des études institutionnelles et met en place un réseau académique. Il attribue également des fonds pour mettre en place des actions (50% du montant ) - http://www.kuimeriforskning.no

Grèce par Kalliroi Dafna : création en 2000 d’un réseau pour la recherche et la technologie : the periktioni network. Il est étendu au bassin méditerranéen et aux Balkans - http://www.gsrt.gr
Edition d’un DVD de 15 mn présentant des femmes scientifiques.

Compte-rendu établi par Michèle Baron

Date de la prochaine réunion du groupe d’Helsinki : 12/13 novembre 2007 à Bruxelles


Documents

30 avril 2007
info document : Word
42.5 ko

8 octobre 2007 par Bettina Debu

Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 32409

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Articles et documents   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.25 + AHUNTSIC

Creative Commons License